Le poids du passé

Dans les années 90, j’avais une vingtaine d’années et mon grand père me disait souvent que le parti frontiste français réveillait des moments très douloureux pour lui et que quoi que le FN puisse faire dans le futur, le parti n’échapperait jamais aux idées racistes et extrémistes qu’il véhicule depuis sa création et que tout cela serait toujours comparé a la période terrible qu’il avait vécue pendant la seconde guerre mondiale.

Il avait finalement raison puisque 20 ans plus tard, le FN demeure un parti extrémiste pour la plupart des analystes politiques ainsi que pour la plupart d’entre nous.

Jean Marie Le Pen ne peut se moquer impunément de toutes les victimes des chambres a gaz qui ont péri pendant la seconde guerre mondiale sans que ses déclarations soient vécues comme une honte pour nous tous.

Plus de trois millions de personnes ont perdu la vie dans ces conditions, des juifs, des tziganes et d’autres catégories de personnes comme les homosexuels, handicapés ou personnes soupçonnées a cette époque de nuire aux idées hitlériennes. Cela ne peut pas être considéré comme un détail de l’histoire et la déportation doit rester dans la mémoire collective afin que de telles abominations ne se reproduisent pas dans le futur.

Les pays européens ou les différents partis populistes montent en puissance devraient également s’en souvenir.

En France, l’ancien président du FN a très souvent joué sur les mots lors de ses différentes déclarations, mais la déportation ne peut pas être traité comme un sujet de moquerie ou d’humour. Il faut savoir respecter les survivants de la seconde guerre mondiale ainsi que les familles de déportés qui ont perdu l’un des leurs pendant cette période sombre de l’histoire mondiale.

(Visited 88 times, 1 visits today)